Design sansqfs titre.png

L'AUTISME AU BÉNIN

Au Bénin comme dans bien d’autres pays africains, les enfants autistes sont victimes de préjugés socioculturels, d’isolement et de marginalisation car considérés comme une malédiction divine, des enfants sorciers ou même la réincarnation du diable dans certaines zones rurales.

 

Autant l'enfant autiste est rejeté et exclu, autant sa famille est indexée et marginalisée. Ainsi, être un autiste n’est pas seulement un handicap ou un trouble, c’est aussi une condamnation sociale.

A Natitingou, les infrastructures sont inexistantes et cela ne facilite ni le diagnostic, ni la prise en charge. Un pédopsychiatre, un éducateur spécialisé, un neurologue, un psychomotricien, un orthophoniste et un ergothérapeute sont les six spécialistes requis pour une prise en charge normale de l’autisme. Mais triste est de constater que jusqu’en 2022, Natitingou ne dispose presque pas d’ergothérapeute, psychomotricien ou orthophoniste.

L'inexistence de services éducatifs spécialisés.

A Natitingou, être parent d’un enfant autiste et parvenir à trouver un centre ou une école spécialisée est un véritable exploit au terme d’un parcours prométhéen, parsemé de frustrations, de déceptions et de découragement. Face à la faiblesse des pouvoirs publics, des personnes, le plus souvent parents d’autistes ont pris le taureau par les cornes.

On recense ainsi des milliers d’enfants autistes de parents pauvres qui ne sont point scolarisés et manifestant des troubles plus sévères, car aucune mesure adéquate n’ayant été posée.

 

Une prise en charge collective

Une bonne prise en charge de l'autisme ne peut pas se faire sans la participation des pouvoirs publics qui doivent débloquer les fonds pour améliorer la recherche, le dépistage et la prise en charge de cette maladie. Bien qu’il soit impossible de traiter complètement cette maladie, la prise en charge permet de faciliter la socialisation des enfants autistes et leur intégration au sein de la société.

Être autiste ne doit point être considéré comme une malédiction. Les autistes ont davantage besoin d’empathie, de compréhension et d’amour pour surmonter leurs difficultés et vivre une vie «normale».

Image de Jeffrey Riley
"Agir, afin de leur permettre de vivre dans la dignité."